Appel à projet «Adaptation des littoraux au changement climatiquE» RÉSULTATS 2019-2020

« Adaptation des littoraux au changement climatique : l’enjeu de l’érosion des plages »

La Région lance chaque année depuis 2019 un appel à projet dans le but de faire émerger des projets ou mettre en œuvre des aménagements exemplaires et / ou innovants visant à adapter les plages au changement climatique en se basant sur des solutions fondées sur la nature ou préservant les écosystèmes marins et côtiers.

Pour en savoir plus sur l’appel à projet de la Région, suivez ce lien.

Découvrez le résumé des projets des lauréats 2019 et 2020

Lauréats 2019

Le Conservatoire du Littoral

Projet de renaturation de la plage de la Coudoulière, à Saint Mandrier (83)

Montage financier (TTC)Résumé du projet
Coût total : 473 796 €

Montant de l’aide Région : 100 000 €

Cofinancement : 228 000 €
Ce projet répond au souhait de restaurer le fonctionnement hydrodynamique naturel et de retrouver l’identité paysagère de la Coudoulière, tout en anticipant les effets du changement climatiques et notamment la montée du niveau de la mer et les dynamiques érosives conséquentes.
Concrètement les travaux consistent en la suppression du parking en enrobé et des courts de tennis, enlèvement des enrochements, reprofilage de la plage, mise en place d’un cheminement et aménagements paysagers.

SeaBoost

Expérimentation d’un herbier artificiel biosourcé pour lutter contre l’érosion des plages, La Croix Valmer (83)

Montage financier (HT)Résumé du projet
Coût total : 246 000 €

Montant de l’aide Région : 122 500 €

Cofinancement :
– Communauté de communes : 73 500 €
– Autofinancement : 50 000 €
Il s’agit de déployer à une profondeur appropriée selon le site choisi un dispositif reproduisant structurellement un herbier de Posidonie à partir de matériaux biosourcés compatibles avec le milieu marin. L’intérêt de la solution est à la fois dans une atténuation de la houle par effet mécanique et une rétention sédimentaire ; et à la fois dans l’exercice des fonctionnalités écologiques caractéristiques de l’herbier (habitat).
Par conséquent, le site choisi doit être contigu à un herbier en régression ou en stagnation.

BioBamb

Expérimentation du procédé REBAMB sur le littoral de Villeneuve-Loubet (06)

Montage financier (HT)Résumé du projet
Coût total : 70 500 €

Montant de l’aide Région : 35 250 €

Autofinancement : 35 250 €
Il s’agit de la mise en place d’un procédé atténuateur de houle dénommé REBAMB© qui est un récif artificiel composé d’un assemblage de cannes sèches de bambous de grand diamètre assemblés selon une architecture prédéfinie et immergés sur le fond. La première année d’expérimentation a été conduite de février 2018 à février 2019 et soutenue par le Département des Alpes maritimes sur le site de la plage de Vaugrenier à Villeneuve-Loubet . Le présent projet consiste en l’amélioration du système mis en place l’année dernière pour augmenter sa résistance aux forçages météo. L’aide apportée est donc un complément de financement pour la pose du nouveau système pour permettre d’aller jusqu’au bout de l’expérimentation dont on tirera les leçons en 2021.

La Communauté de Commune du Golfe de Saint-Tropez

Optimisation de la protection anti-érosion des plages de Sainte maxime (83)

Montage financier (HT)Résumé du projet
Coût total : 205 439 €

Montant de l’aide Région : 100 000 €

Auto-financement : 105 439 €
Il s’agit de l’installation de Brises lames en géotextiles avec système Géocorail développé à la surface. Le système permet de garantir une meilleure tenue des Géotubes dans le temps par une une technique peu intrusive permettant la formation d’une croute naturelle qui sert de protection mécanique contre les crevaisons. Le Géocorail est un système breveté permettant l’accrétion minérale par électrolyse d’eau de mer, aboutissant à la formation d’un conglomérat sédimentaire. Il est également espéré la fixation d’espèces marines sur les concrétions calcaires ainsi formées dont la rugosité semble propice à l’hébergement et à la fixation d’espèces. Il est à noter que la ville de Cannes met en place ce type de géotubes Géocorail cette année (2019). Un des intérêts de ce projet est donc aussi de travailler dans un esprit collaboratif à l’échelle régionale en mutualisant les retours d’expériences sur les deux sites expérimentaux

La commune de Cannes

Installation de caméras pour le suivi du trait de côte, plage de la Bocca (06)

Montage financier (HT)Résumé du projet
Coût total : 18 000 €

Montant de l’aide Région : 9 000 €

Il s’agit de la mise en place d’un suivi video du trait de côte sur les plages de la Bocca. L’installation de 3 caméras de haute résolution à 12m de hauteur pour mesurer les paramètres de la physique du littoral par analyse d’images, permettra étudier l’évolution du trait de côte et de mesurer l’efficacité des ouvrages de protection à venir sur ce secteur. Les mesures seront restituées à travers une interface Web. Un chargé de mission assurera le suivi du projet pour la Ville de Cannes. Ce suivi du trait de côte doit permettre de mieux connaître la dynamique littorale locale, notamment pour mesurer l’efficacité des installations mises en place pour lutter contre l’érosion (géotubes).

Lauréats 2020

Le Conservatoire du Littoral

Renforcer la résilience contre l’érosion côtière, delta de la Camargue (Port Saint Louis du Rhône, Arles, Sainte Marie de la Mer) (13)

Montage financier (HT)Résumé du projet
Coût total : 260 000 €

Montant de l’aide Région : 130 000 €

Mise en œuvre de différentes techniques de génie écologique pour renforcer la résilience de deux secteurs emblématiques de la Camargue aux embouchures du petit et du grand Rhône : système de ganivelles en paille de riz sur BRASINVERT (structuration et végétalisation des milieux d’arrières dunes)
Secteur de Theys de l’embouchure du Grand Rhône : recul dunaire.
Un volet étude pour définition des solutions (démarrage automne 2020) et un volet travaux (démarrage automne 2022)
L’aide sollicitée porte sur investissement (étude et travaux) et fonctionnement (coût de communication et suivi)

La commune de Grimaud

Adaptation des plages de Grimaud au changement climatique (83)

Montage financier (HT)Résumé du projet
Coût total : 1 090 000 €

Montant de l’aide Région : 200 000 €

Montant de l’aide CEREMA : 20 000 €

Auto-financement : 870 000 €
Mise en œuvre d’un projet de renaturation de la plage de Saint-Pons : désartificialisation du rivage (déminage, enlèvement du BUNKER, suppression de la digue en enrochement) , pose d’un nouvel ouvrage souple et bio-inspiré, restauration écologique des petits fonds, rechargement massif en sable, reconstruction du cordon dunaire.

Creocean

Test in-situ d’un millefeuille de banquette de Posidonie festonné (projet MIL-FEST) sur la plage de Gazagnaire, à Cannes (06)

Montage financier (HT)Résumé du projet
Coût total : 136 000 €

Montant de l’aide Région : 70 000 €

Prestation en nature de la commune de Cannes : 15 000 €

Auto-financement : 51 000 €
S’inspirant de de la dynamique naturelle des banquettes de Posidonie, CREOCEAN et le BRGM propose de revisiter la « recette » du millefeuille de Posidonie en testant grandeur nature un nouveau type de remaniement basé sur la formation de festons afin d’améliorer le rôle de barrière de protection contre l’érosion joué par les banquettes. Ce projet d’ingénierie écologique sera réalisé sur la plage de GAZAGNAIRE à CANNES : une zone sera laissée avec les banquettes au naturel, un autre sera remaniée en millefeuille festonné.

La commune de La Ciotat

Pour une stratégie collective et durable de gestion du trait de côte dans la baie de La Ciotat (13)

Montage financier Résumé du projet
Coût total : 114 000 € TTC

Montant de l’aide Région : 57 000 € TTC

Auto-financement : 47 500 € HT
La ville de la Ciotat souhaite développer une gestion intégrée de son littoral pour repenser l’élaboration de ses politiques publiques littorales au regard de l’enjeu de l‘adaptation au changement climatique . Dans ce cadre elle souhaite élaborer une stratégie de gestion de ses banquettes de Posidonie et faire évoluer ses techniques vers des modes doux respectueux du fonctionnement des écosystèmes littoraux.
Pour ce faire elle prévoit dans un premier temps une phase d’études préalables permettant à la fois de comprendre le fonctionnement hydrodynamique et hydrosédimentaire de l’ensemble de la de la baie de la Ciotat tout en associant les habitants et usagers dans l’élaboration du diagnostic partagé du territoire. Dans un deuxième temps, elle souhaite élaborer une stratégie collective durable et un plan d’action en concertation avec ses administrés.
Enfin, un 3ème axe du projet consiste à conduire des actions de sensibilisation et d’information auprès du grand public, des acteurs économiques et des scolaires.

Université de Nice – Laboratoire ECOSEAS

Projet ECOMED, à Beaulieu et Villefranche-sur-Mer (06)

Montage financierRésumé du projet
Coût total : 62 000 € HT

Montant de l’aide Région : 49 600 € HT

Fondation de France : 15 000

Accompagnement du site pilote POsbemed2 de la petite Afrique à Beaulieu + St jean Cap Ferrat dans leur modalités de gestion des banquettes de Posidonie.
Le projet s’articule autour de 3 axes :
Axe 1 : réalisation d’études scientifiques pour comprendre le rôle écologique des banquettes (distribution spatiale et devenir matière organique/écologie benthique)
Axe 2 : Mise en oeuvre d’une démarche de sciences participatives pour changement des perceptions des usagers et des jeunes : expérimentations terrain en écologie participative.
Axe 3 : actions de valorisation et de communication : publications et conférences scientifiques + conférences grand public + presse, internet etc.. Posters réalisés par les élèves. Signature de la charte d’engagement Posbemed2 avec les établissements scolaires participants en 2022.

Leur coût cumulé atteint 1 662 000 € HT pour un financement régional total s’élevant à 506 600 € HT.

Contact technique pour toute information : soudin@maregionsud.fr