Évolution de la partie émergée et immergée du prisme littoral dans le secteur de Véran : impact de l’abandon de structures de défense côtière

Depuis le début du XXe siècle, le site de Véran situé sur le littoral de Grande Camargue (Golfe du Lion, France) est confronté à une érosion côtière forte et durable. Dans le but de protéger l’activité salicole du site, pilier du développement économique local depuis la fin du XIXe siècle, des ouvrages de défense côtière ont été mis en place, en particulier une digue longitudinal construite en 1972. Bien que cette digue ait répondu aux problématiques locales en fixant le trait de côte, les conséquences néfastes de cet aménagement ainsi que la modification des enjeux socioéconomiques et environnementaux du site ont conduit à l’abandon de celle-ci en 2012. Outre la question économique du coût d’entretien de cette digue, cette décision fait partie d’un plan de gestion adaptative du trait de côte. Ce dernier prône le rétablissement d’un fonctionnement naturel du site et de sa résilience de façon à lutter de manière naturelle et efficace contre les conséquences du réchauffement climatique: la montée du niveau marin et la recrudescence des tempêtes. Ce travail a pour but d’évaluer la réponse morphodynamique du prisme littoral du site de Véran suite à la mise en place et à la destruction progressive de la digue. L’analyse de la bathymétrie de la plage immergée montre que la digue est responsable d’une érosion accrue et d’un ralentissement voir d’une fixation des barres d’avant-côte. Sa destruction facilite les intrusions marines sur la plage émergée à l’origine d’une accrétion liée aux dépôts d’overwash mais également d’une érosion par la mise en place de chenaux d’écoulement et par la reprise du recul du trait de côte.

Pièces jointes