France Culture : D’une rive à l’autre, ce que disent les littoraux de l’état de la planète

Replay de l’émission NOS GÉOGRAPHIES du 04/03/2021, par Dominique Rousset, accompagnée de Samuel Robert, géographe, directeur de recherche au CNRS au laboratoire ESPACE (UMR 7300) à Aix-Marseille Université et directeur de l’Observatoire Hommes-Milieux « Littoral méditerranéen » du CNRS, et Annaig Oiry, géographe, maître de conférences en géographie à l’Université Gustave Eiffel de Marne-la-Vallée.


Descriptif:

Dans « Nos géographies », nous nous approchons au plus près des rivages et questionnons les choix politiques et sociétaux ainsi que les enjeux du changement climatique qui jalonnent l’étude des espaces littoraux. Avec Annaig Oiry et Samuel Robert, deux géographes, spécialistes de ces questions.

Dans Nos géographies ce soir, nous nous approchons au plus près des rives des mers et des océans. Dans ces lieux partout convoités, occupés, exploités pour le meilleur et pour le pire, protégés aussi quand cela est possible. La carte du monde contemporain est explicite, il suffit d’un regyyard sur l’une ou l’autre des représentations des continents pour mesurer la densité des populations regroupées le long des côtes et l’importance des activités commerciales, industrielles, touristiques.  

Ce qui frappe aussi, si l’on se reporte à des cartes plus anciennes, c’est la formidable accélération du phénomène, en moins de cinquante ans. Hormis quelques zones restées à l’écart, l’urbanisation et l’aménagement du littoral sont des faits, souvent préoccupants, avec lesquels il va falloir compter dans l’avenir si l’on veut préserver des milieux à la fois riches et fragiles, menacés en outre par les effets des changements climatiques.  

Enjeux politiques et géopolitiques, choix de société, promesses de nouvelles identités maritimes et régionales, les espaces littoraux au XXIème siècle concentrent tout cela. Tour d’horizon avec nos deux invités.  

Avec Annaig Oiry, géographe, maître de conférences en géographie à l’Université Gustave Eiffel de Marne-la-Vallée. Elle est rattachée au laboratoire Analyse Comparée des Pouvoirs et au Laboratoire de Géographie Physique et vient de faire paraître « Les littoraux », un numéro de la Documentation Photographique/CNRS Editions.

et Samuel Robert, géographe, directeur de recherche au CNRS au laboratoire ESPACE (UMR 7300) à Aix-Marseille Université et directeur de l’Observatoire Hommes-Milieux « Littoral méditerranéen » du CNRS, créé en 2012 et spécialisé sur les régions littorales et les interactions homme-environnement en Méditerranée.


Le littoral, c’est quelque chose qui est à géométrie variable. […] Soit vous avez une problématique proprement écologique liée au milieu littoral et auquel cas vous avez une acception du littoral qui est assez resserrée autour de la jonction de la mer et de la terre. Et si vous avez une approche plus territoriale, plus « aménagement du territoire », vous pouvez avoir une acception du littoral qui s’étend beaucoup plus loin dans les terres. Samuel Robert

Le littoral a une définition parfois presque un peu sensorielle. J’avais une enseignante qui, alors qu’elle nous emmenait en stage de terrain sur les côtes du Languedoc, nous avait demandé d’essayer de déterminer à quel moment on se sentait sur le littoral. J’étais dans une voiture avec d’autres étudiants et personne n’avait la même appréhension. Certains se sentaient sur le littoral à partir du moment où ils sortaient de l’autoroute. Pour d’autres, c’était vraiment la vue sur mer qui comptait et aussi, parfois, c’était une question d’odeur(s) ou de paysage. Finalement, c’est un ressenti assez personnel. Annaig Oiry

La Méditerranée est un espace maritime très intéressant. C’est un creuset de civilisations et aussi le premier foyer touristique mondial. […] C’est aussi une mer où se concentrent beaucoup des problèmes que l’on peut retrouver partout ailleurs dans le monde concernant les littoraux, et c’est certainement parmi les littoraux les plus soumis à l’anthropisation et à l’urbanisation. […] C’est également un espace de très grande diversité biologique, que les écologues appellent un « hot spot » de biodiversité à l’échelon mondial. Donc, du coup, les enjeux de conservation sont très forts. Samuel Robert

Le modèle du Conservatoire (du littoral) est assez original et est souvent très admiré ou cité. Il a été créé avant la loi littorale, en 1975 à la suite d’un rapport qui avait été commandé par le gouvernement, le rapport Picard, sorti en 1973 et qui tirait une sonnette d’alarme sur l’urbanisation galopante des rivages méditerranéens français. Samuel Robert

Il y a une politique foncière très importante en France, une politique d’acquisition de terrains par le Conservatoire du littoral pour pouvoir les protéger. Et là, nous savons que c’est à peu près 15% du linéaire côtier qui est propriété du Conservatoire. Annaig Oiry

La concentration des flux, qui va de pair avec les économies d’échelle, les économies d’argent, font que l’on a moins de villes qui développent des activités portuaires ou des activités liées à la mer. Si vous prenez, par exemple, le littoral méditerranéen français, il y avait de la construction navale à La Seyne sur Mer et à La Ciotat. Tout cela a disparu. Les infrastructures sont toujours là, mais elles sont recyclées. A Naples, en Italie, les grandes infrastructures industrielles portuaires sont exsangues. Samuel Robert

Pour en savoir plus

Sur Annaig Oiry

Sur Samuel Robert